L’analyse des images satellite met en exergue les difficultés pour rassembler des preuves des années après les crimes

Un expert, qui a analysé des images satellite des lieux en République démocratique du Congo où les rebelles auraient détruit des maisons, a témoigné des difficultés à tirer des conclusions en se basant sur des images prises il y a plus de dix ans.

L’expert, qui témoignait au procès Ntaganda qui se tient devant la Cour pénale internationale (CPI), a déclaré que les images montraient des traces de bâtiments détruits ou incendiés mais que, dans la plupart des cas, il ne pouvait parvenir à des conclusions quant à la cause de la destruction ou à la date de celle-ci.

Lars Bromley, analyste en chef et conseiller principal sur les droits de l’homme et de la sécurité à l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche/Programme pour les applications satellites opérationnelles (UNITAR/UNOSAT) a reconnu que certaines conclusions de son rapport étaient « spéculatives ».

L’année dernière, à la demande de l’accusation, M. Bromley avait analysé des images satellite de différents lieux situés au Congo pour trouver des preuves de la destruction, de l’incendie ou de dégâts causés aux habitations. L’accusation a inculpé M. Ntaganda de nombreux crimes, notamment du transfert forcé de population, d’attaques contre des biens protégés, de destruction des biens de l’ennemi, de viol et d’esclavage sexuel d’enfants soldats.

Bromley a analysé des images des mêmes lieux prises en 2002 et en 2003. L’intervalle de temps entre la capture des deux ensemble d’images a été dans certains cas égal à 11 mois.

« Nous n’avons pas eu beaucoup de choix dans ce que nous pouvions nous procurer … que les images aient été prises en 2002 ou en 2003, elles ont été recueillies pour une raison quelconque par une société commerciale et c’est pourquoi nous avons dû puiser dans ces images », a déclaré M. Bromley. Il a indiqué que l’exercice aurait pu être plus fiable s’il avait été réalisé en temps réel en indiquant aux fournisseurs les images à prendre. « Si vous traitez une question ancienne comme celle qui nous occupe, vous devez vous tourner vers ce qui a été recueilli à l’époque ».

L’expert a également déclaré que pour quelques lieux intéressants au Congo, aucune image n’avait été collectée en 2002 et 2003, par conséquent aucune analyse d’images satellite n’avait été réalisée pour ces zones.

Certaines images indiquaient toutefois la destruction de maisons dans les environs de la ville de Bunia et dans d’autres zones, comme Sayo et Mogbwalu. Certains lieux présentaient des bâtiments partiellement détruits, d’autres montraient des cendres et des « dépouilles noircies » dans les images de 2003.Bromley a cependant reconnu que parfois, dans l’est du Congo, des feux étaient délibérément allumés pour défricher les terres agricoles. En répondant à des questions de la défense, il a également précisé qu’il était possible que certains bâtiments aient été délibérément démolis.

« Je ne peux pas certifier que la destruction n’a pas eu lieu, par exemple, lors d’un processus d’aménagement urbain. Nous n’avons pas fait d’hypothèses sur ce qui a pu se produire. Il fallait uniquement estimer si les bâtiments avaient disparu et avaient été détruits », a indiqué l’expert.

« Le plus grand inconvénient de cet exercice est que vous ne pouvez pas dire quand un bâtiment est construit et quand il a été détruit », a souligné l’expert, faisant référence à l’intervalle de temps entre les prises du premier et du second ensemble d’images. Il a ajouté, « [Dans l’idéal], nous aurions voulu avoir une image réalisée la veille de l’évènement en question et une autre le lendemain. Mais en 2002 et 2003, étant donné le nombre de satellites disponibles à l’époque, il est peu probable que des images aient été prises à des intervalles réguliers dans ces zones.

L’avocat de la défense a suggéré que même si des maisons incendiées étaient localisées, l’expert ne pouvait pas dire s’il s’agissait d’un incendie criminel ou pas. L’expert a répondu que les images de Bunia montraient beaucoup de maisons incendiées mais que les terrains situés entre elles n’étaient pas brûlés, ce qui laissait à penser qu’une personne avait mis le feu aux bâtiments les uns après les autres en se déplaçant.

« Pouvez-vous conclure à juste titre, pour des zones dégagées où il n’y a pas de bâtiments, qu’il y avait sans doute des constructions auparavant ? », a demandé la défense.

Bromley a répondu, « Je regarde la zone en général et je cherche des formes d’habitation et ensuite des zones où … il y a l’indication d’un peuplement telles que des routes, des chemins menant aux routes, des zones dégagées mais pas de bâtiment ».

Les audiences devraient se poursuivre demain matin.

Laisser un commentaire

Comments are moderated and may not appear immediately.
See our Terms & Conditions and Privacy Policy.