International Justice Monitor

A project of the Open Society Justice Initiative

M. Ntaganda devrait appeler moins de témoins qu’initialement prévu

Les avocats de Bosco Ntaganda ont l’intention de diminuer le nombre de témoins qu’ils appelleront pour témoigner à décharge pour l’ancien commandant rebelle congolais devant la Cour pénale internationale (CPI).

« Nous avons besoin de prendre la pleine mesure du témoignage de M. Ntaganda avant de le confirmer à la chambre et de présenter une liste de nouveaux témoins », a déclaré vendredi après-midi l’avocat principal de la défense Stéphane Bourgon. La défense a indiqué qu’elle donnerait des détails sur les témoins retirés de sa liste mais qu’il était « probable qu’ils pourraient être plus de 11 ».

Avant l’ouverture de la présentation des moyens de la défense en mai dernier, Me Bourgon a indiqué qu’il avait l’intention d’appeler plus de 100 témoins à décharge pour M. Ntaganda, qui est … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda soutient qu’il n’a pas tué un prêtre

L’ancien commandant rebelle congolais Bosco Ntaganda a continué à nier l’accusation des procureurs selon laquelle il avait tué le prêtre Boniface Bwanalonga lors d’un conflit ethnique qui s’est déroulé dans la République démocratique du Congo (RDC) en 2002. Apportant un témoignage pour sa propre défense devant la Cour pénale internationale (CPI), M. Ntaganda a également nié avoir donné des ordres à ses troupes pour violer les trois nonnes qui avaient été arrêtées avec M. Bwanalonga.

Selon M. Ntaganda, le prêtre avait été arrêté lors d’opérations sur le terrain menées par des combattants de l’Union des patriotes congolais (UPC) dans la ville de Mongbwalu. Au moment de son arrestation, les trois nonnes de la congrégation du prêtre l’auraient volontairement escorté jusqu’au camp de la milice. … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda déclare avoir puni les soldats qui attaquaient les civils

Dans la suite de son témoignage apporté devant la Cour pénale internationale (CPI), l’ancien chef rebelle Bosco Ntaganda a affirmé qu’il avait imposé une discipline au sein des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) et avait puni tout combattant qui avait attaqué des civils.

« Si un soldat avait attaqué la population civile et que cette information était portée à mon attention, ce soldat était puni », a déclaré M. Ntaganda. Il répondait à une question posée par le substitut du procureur Nicole Samson au sujet des attaques présumées menées par la milice FPLC sur les membres du groupe ethnique Lendu.

Interrogé par Me Samson pour savoir s’il avait fait enquêter sur les attaques à motivation ethnique, M. Ntaganda a déclaré que les FPLC apportaient … Continue Reading

Leave a comment

Procès Ntaganda : l’Ouganda citée pour l’entraînement des enfants soldats

Après une pause d’un mois, Bosco Ntaganda a repris son témoignage apporté pour sa propre défense devant la Cour pénale internationale (CPI), niant avoir eu connaissance de l’existence d’enfants soldats au sein de la milice congolaise entraînée par le gouvernement ougandais.

Lors du contre-interrogatoire mené par le substitut du procureur Nicole Samson, M. Ntaganda a déclaré que les autorités ougandaises étaient chargées de l’entraînement et qu’il « n’était pas en mesure de connaître » l’âge de recrues transportées par voie aérienne vers l’Ouganda en 2000.

Selon l’accusation, en août 2000, l’armée ougandaise avait transporté par voie aérienne jusqu’à 700 combattants de la milice congolaise pour les entraîner dans deux écoles militaires situées en Ouganda. Me Samson a affirmé que les personnes entraînées comprenaient jusqu’à 163 enfants, dont certains étaient … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda continue son témoignage devant la CPI la semaine prochaine

La semaine prochaine, l’ancien chef rebelle congolais Bosco Ntaganda reprendra le témoignage qu’il apporte pour sa propre défense devant la Cour pénale internationale (CPI) dans son procès qui s’est ouvert en septembre 2015.

M. Ntaganda, 43 ans, qui est jugé pour 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, a débuté son témoignage le 14 juin. Lorsque la Cour a observé ses vacances d’été, le 21 juillet, l’accusation venait de commencer son contre-interrogatoire.

M. Ntaganda est accusé de crimes commis en août 2002 et en mai 2003 lorsqu’il exerçait les fonctions de chef adjoint de l’état-major des Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), une milice de l’est du Congo qui était la branche armée de l’Union des patriotes congolais (UPC). Il a été accusé … Continue Reading

Leave a comment

Le témoignage de M. Ntaganda entre dans sa quatrième semaine alors que les vacances de la Cour débutent

Vendredi, le témoignage de l’ancien commandant rebelle congolais Bosco Ntaganda devant la Cour pénale internationale (CPI) est entré dans sa quatrième semaine. Il s’agit également du dernier jour d’audiences avant que la Cour n’observe ses vacances d’été.

Le 14 juin, M. Ntaganda s’est présenté à la barre des témoins afin de témoigner pour sa propre défense devant la CPI. Il a depuis raconté son engagement dans plusieurs groupes rebelles qui, selon lui, était motivé par le génocide de 1994 qui a eu lieu au Rwanda et inspiré par le président ougandais Yoweri Museveni. M. Ntaganda a déclaré aux juges qu’il avait quitté le poste qu’il occupait dans l’armée nationale rwandaise afin d’intégrer les groupes qui se battaient pour libérer la République démocratique du Congo … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda nie avoir exécuté des combattants rebelles réfractaires au Congo

Mercredi, l’ancien commandant rebelle congolais Bosco Ntaganda a nié avoir abattu un combattant rebelle de l’Union des patriotes congolais (UPC) pour avoir refusé de participer à des opérations de combat. Alors qu’il apportait un témoignage pour sa propre défense devant la Cour pénale internationale (CPI), M. Ntaganda a également rejeté les affirmations de l’accusation selon lesquelles la milice au sein de laquelle il occupait des fonctions de commandant de haut rang avait abattu des combattants qui avaient été surpris alors qu’ils tentaient de déserter.

« Est-ce que l’information selon laquelle vous auriez abattu une personne de 24 ans parce qu’elle aurait refusé de participer à une opération est exacte ? », a demandé le substitut du procureur Nicole Samson.

« Je n’ai jamais exécuté aucun soldat de l’UPC. … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda nie avoir été le chef militaire de la milice de l’UPC

Dans la suite de son témoignage apporté devant la Cour pénale internationale (CPI), Bosco Ntaganda a nié les affirmations de l’accusation selon lesquelles il était de facto le chef militaire de la milice dénommée Union des patriotes congolais (UPC).

Lors du contre-interrogatoire mené par l’accusation, M. Ntaganda a déclaré qu’en 2002 et 2003, il était subordonné au chef d’état-major de l’UPC, Floribert Kisembo. Il a ajouté qu’il était également subordonné à Thomas Lubanga qui était le chef politique du groupe.

« Vous court-circuitiez M. Kisembo lorsque vous donniez des ordres et répondiez aux commandants. Est-ce exact ? », a demandé le substitut du procureur Nicole Samson.

« Si je les court-circuitais, alors notre armée aurait été détruite », a indiqué M. Ntaganda, qui exerçait les fonctions de chef d’état-major de l’UPC.

Lundi, … Continue Reading

Leave a comment

Lors de son témoignage apporté devant la CPI, M. Ntaganda nie avoir tué un prêtre

L’accusé de crimes de guerre Bosco Ntaganda a nié les accusations selon lesquelles il avait tué un prêtre il y a 15 ans dans la ville congolaise de Mongbwalu. Témoignant pour sa propre défense devant la Cour pénale internationale (CPI), l’ancien commandant rebelle a déclaré qu’il n’avait appris le décès du prêtre qu’après qu’il se soit rendu à la Cour basée à La Haye en mars 2013.

« Lorsque vous dîtes que vous ne savez rien au sujet de [l’Abbé Boniface] Bwanalonga, est-ce exact ? », a demandé l’avocat de la défense Stéphane Bourgon, faisant référence au prêtre qui, selon les affirmations des procureurs, aurait été tué par M. Ntaganda.

« Oui, je ne sais rien à ce sujet », a répondu M. Ntaganda, ajoutant qu’il avait eu connaissance de la … Continue Reading

Leave a comment

M. Ntaganda soutient que la milice de l’UPC renvoyait les recrues mineures

L’ancien chef rebelle congolais Bosco Ntaganda a affirmé que l’Union des patriotes congolais (UPC), dans lequel il était un commandant de haut rang, examinait ses recrues afin d’éliminer les personnes qui ne répondaient pas aux exigences, comme celles qui étaient mineures. Il a indiqué que les recrues jugées trop jeunes pour servir dans le groupe étaient renvoyées dans leur foyer.

Témoignant à son propre procès qui se tient devant la Cour pénale internationale (CPI), M. Ntaganda a déclaré que la sélection qui était appliquée au camp principal du groupe situé à Mandro s’appliquait également à d’autres camps, tels que celui de Rwampara. Il n’a toutefois pas donné l’âge exact auquel il était considéré comme inacceptable d’être admis dans la milice.

« Lorsque vous vous … Continue Reading

1 Comment